Hiro’a Access : la culture pour nos quartiers prioritaires

Cet été, le projet HIRO’A ACCESS permet à 1040 habitants des quartiers prioritaires d’assister aux festivités traditionnelles du Heiva et du marae Arahurahu de Paea.

Le projet HIRO’A ACCESS a pour objet d’offrir des places de spectacle à des habitants des quartiers prioritaires de la ville des 9 communes de l’agglomération de Papeete et de Moorea, afin qu’ils puissent accéder aux spectacles de chants et danses traditionnels polynésiens durant la période estivale du Heiva.

Financé par l’Etat dans le cadre du dispositif national des QUARTIERS D’ETE 2022 et coordonné par le syndicat mixte en charge du contrat de ville de l’agglomération de Papeete (SMCDV), le projet HIRO’A ACCESS a déjà permis à 640 personnes issues des quartiers prioritaires d’assister aux deux soirées des lauréats du HEIVA I TAHITI 2022.

À partir du samedi 30 juillet à 15H45, ce projet va en outre proposer 400 places gratuites supplémentaires à d’autres habitants des quartiers, afin qu’ils assistent aux festivités de danse du marae Arahurahu de Paea, durant 5 représentations, soit 80 bénéficiaires par spectacle.

Le projet HIRO’A ACCESS intègre la prise en charge intégrale des billets de spectacles et du transport terrestre et maritime jusqu’au lieu des festivités, dont la navette aller-retour par bateau au profit de 120 résidents des quartiers prioritaires de Moorea.

Fondé sur la solidarité et l’entraide, valeurs chères aux polynésiens, le projet HIRO’A ACCESS offre ainsi l’opportunité aux populations les plus modestes de Tahiti et de Moorea d’être les témoins de leur culture lors des festivités traditionnelles du Heiva.

 

Un projet entièrement financé par l'Etat et coordonné par le Syndicat mixte en Charge du Contrat de ville de l'agglomération de Papeete

Financeurs

Montant de la subvention XPF

Taux de financement en %

Etat

4 882 790

100

Ils en parlent

Polynésie la première était également sur place pour couvrir l’événement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La Polynésie française connaît quelques perturbations sur son réseau internet.

C’est pourquoi certains éléments de notre site peuvent mettre du temps à se charger.

Merci de votre compréhension.