Upa Upa, la formation de luthier pour les habitants des quartiers prioritaires de Arue

Upa Upa, la formation de luthier pour les habitants des quartiers prioritaires.

Depuis le 7 juin, douze bénéficiaires de six quartiers de la Commune de Arue suivent une formation d’un mois, à raison de quatre heures par jour, à l’atelier menuiserie du CJA de Erima, avec comme professeur Lewis Huuti. Cette formation est également suivie de cours de ukulele sur tout le mois de juillet à raison de deux heures par semaine, l’objectif étant de les former aux métiers de menuisier – luthier.

Former plus de menuisiers, luthiers et musiciens dans les quartiers prioritaires.

Face à la difficulté de trouver des musiciens dans les quartiers prioritaires pour animer le Heiva de la Commune de Arue, celle-ci a décidé avec la participation du Contrat de ville de proposer des formations de menuisier, luthier et musique pour les habitants des quartiers prioritaires.

Un double objectif : former mais aussi transmettre.

L’objectif à travers ce projet se veut double. Il s’agit d’une part de proposer des formations qualifiantes qui permettrant aux bénéficiaires de trouver ou de générer un emploi et d’autre part, de permettre la transmission de la culture polynésienne à travers la musique.

Redonner à la musique sa place dans la culture polynésienne.

La musique, comme dans beaucoup de civilisation, tient une place importante dans la société polynésienne. En effet, elle permet de véhiculer des idées, des sensations, elle permet la transmission de la connaissance de manière plus pédagogique. De plus, de nombreuses études démontre que la pratique d’un instrument de musique permet le développement de certaines zones du cerveau et prévient le risque de nombreuses maladie. En Polynésie française, les rythmes composés des instruments à percussions, les chants diatoniques, et l’utilisation des instruments à cordres participent à cette richesse culturelle qu’il est nécessaire de conserver.

Nos bénéficiaires devraient également montrer leur talent lors du prochain Matarii, du 20 novembre et au Heiva i Arue de décembre.

Un projet financé en partie par le Contrat de ville :

Un projet fiinancé à hauteur de 60% par l’Etat, le Pays et les communes membres du Contrat de ville de l’agglomération de Papeete.

Contrat de ville

840 780 XPF

60,00 %

Commune de Arue

560 520 XPF

40,00 %

Budget Total

1 401 300 XPF

100,00 %

 

Crédits photos :

Commune de Arue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La Polynésie française connaît quelques perturbations sur son réseau internet.

C’est pourquoi certains éléments de notre site peuvent mettre du temps à se charger.

Merci de votre compréhension.